Coronavirus: la crise sanitaire n’a pas rebouché le fossé entre jeunes et politiques

Interview pour Le Soir, publié le 27 octobre 2021. Propos recueillis par Maxime Biermé.

Un choc de générations est au programme de RTL-TVI ce mercredi soir. Pendant une heure trente, un panel de jeunes aura l’occasion de dialoguer avec le Premier ministre, Alexander De Croo. Un sondage servira de base à la discussion axée autour d’une grande question, par ailleurs titre de l’émission : « Et maintenant, on fait quoi ? ».

On fait quoi pour réconcilier politique et jeunes par exemple ? L’enquête Ivox révèle que 60 % des 18-30 ans interrogés n’ont pas le sentiment d’avoir été compris ou entendus par les autorités politiques lors de la crise sanitaire. Un constat qui n’a rien de neuf mais qui démontre encore une fois l’existence d’un fossé qui s’est peut-être encore accentué à cause de la crise sanitaire. « Il y a un avant et un après vaccin », s’avance Nicolas Baygert, professeur de communication politique à l’Ihecs et Science Po Paris. « Au départ, on était démunis face au virus et le récit sur la solidarité était plus profondément ancré dans toute la population mais la campagne de vaccination a provoqué une bifurcation du récit officiel. On a constaté pas mal de dissonance, chez les experts notamment. »

L’argument de base était que le vaccin servait à diminuer la circulation du virus, rappelle l’expert. « Mais on voit ces heures-ci qu’il faut mettre en place d’autres mesures. Il y a un manque d’explication et de pédagogie. Le risque est de se retrouver avec une communication inaudible. »

Mauvais usage des codes

Les jeunes interrogés par Ivox sont d’ailleurs très durs au sujet de la manière dont les autorités communiquent depuis le début de la crise sanitaire. Sont-ils « nuls » comme l’estiment plus de 60 % des sondés ? « Il y a plutôt un problème de ciblage », répond Nicolas Baygert. « On sait que des initiatives ont été prises au niveau bruxellois pour mobiliser les jeunes à la vaccination via des influenceurs. Mais la communication politique pèche par son mésusage des plateformes où se trouvent les jeunes. Les messages directs, sans intermédiaire, de Sophie Wilmès à l’époque où elle était Première ministre et, plus récemment, d’Alexander De Croo sont finalement assez rares. »

Tout en rappelant que « les jeunes » ne sont pas une catégorie homogène et que les résultats de ce sondage ne font « qu’enfoncer le clou » sur la méfiance connue de la population vis-à-vis des élites politiques, Heidi Mercenier et Louise Knops, chercheuses en sciences politiques à l’UCLouvain et à la VUB, apportent une nuance positive. Dans une enquête qualitative qu’elles ont menée entre décembre 2020 et mars 2021, elles ont découvert que la plupart des citoyen.n.es interrogés, y compris des jeunes, reconnaît la difficulté de gérer la première vague étant donné la nouveauté et l’urgence de la situation. « Par contre, la durée de la pandémie porte certains d’entre eux à exprimer plus clairement une forme de ressentiment à l’égard de la politique. Celui-ci se nourrit notamment de l’accumulation des expériences négatives ou encore du sentiment d’avoir été traité différemment, et souvent injustement, durant une période trop longue. »

Un « sacrifice » relatif

Dernière leçon de l’enquête Ivox : 40 % des jeunes sondés jugent qu’ils ont été « sacrifiés » durant cette crise. Sauf que la même proportion pense l’inverse. « Il faut faire attention au sens accordé aux mots », alerte Fabienne Glowatz, directrice de l’unité de recherche ARCH (Adaptation résilience et changement) au sein de la faculté de psychologie de l’Université de Liège. « Pour le grand public, le sacrifice évoque plutôt la destruction de soi au profit de la survie de l’un. Cette définition ne correspond pas tellement à ce que les jeunes ont vécu. L’étymologie fait, elle, référence à l’offrande : offrir quelque chose pour sauver la société, lutter contre une problématique, en l’occurrence, ici, le virus. On est davantage là-dedans. Dans mes études et dans ma clinique, une grande majorité de jeunes ont l’impression d’avoir été oubliés, de ne pas avoir été entendus, de ne pas avoir été reconnus dans son vécu. »

Pour celle qui fait également partie du groupe d’experts « Psychologie et Corona », les politiques ont mis du temps à se réveiller. « Il y a eu un élargissement du dispositif d’aide psychologique. Par contre, il y a toujours peu d’espaces dédiés à resoigner le lien, le vécu qu’ils ont eu, mais également les ressources qu’ils ont développées. Il faut maintenant mobiliser la résilience dont les jeunes ont fait preuve. Cette crise a mis en évidence plus que jamais les besoins des jeunes : des besoins sociaux, d’expression de soi, de régulation par des tiers adultes autres que la famille, etc. »

La réconciliation entre jeunes et politiques ne se fera pas en une émission de télé. L’urgence, selon nos spécialistes, est d’offrir des perspectives à la nouvelle génération. « Il faut repositionner les jeunes comme acteurs de changements car ils n’ont pas pu occuper cette fonction pendant 18 mois », insiste Fabienne Glowatz. Au niveau de la communication, une mise à niveau en utilisant les codes des jeunes plutôt que les injonctions et les prescriptions fait aussi partie de la solution. « On n’est pas dans la pédagogie sanitaire », regrette Nicolas Baygert. « Le gouvernement navigue à vue et n’assure pas le service après-vente. Il y a un problème de ton et de tonalité. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :