« Namur est le labo politique de Prévot »

Interview dans Sudpresse sur le discours de prestation de serment de Maxime Prévot, bourgmestre de Namur , parue le 5 décembre 2012.

ENTRETIEN: Nicolas Baygert chercheur au lasco, enseignant à l’ihecs Spécialisé dans la symbolique des discours politiques, Nicolas Baygert, chercheur au LASCO et enseignant à l’IHECS, nous livre son analyse sur cette déclaration de Maxime Prévot, qui en dit long sur le “ personnage ”.

prestation de serment de Maxime Prévot

Quel est votre premier sentiment à la lecture du texte de ce long discours?

Il est d’après moi excessivement symbolique. D’abord parce que le personnage, très ému lors des dernières élections, s’engage ici dans un discours fleuve. On perçoit clairement sa volonté de donner à Namur une autre dimension, de la transformer en métropole. Bref, Namur sera son laboratoire politique pour six ans. Cela peut faire office de tremplin dans son parcours personnel. Car cette déclaration est extrêmement ambitieuse. La Wallonie, de manière générale, est peu coutumière de cela.

Mais cette ambition peut aussi devenir un piège dans six ans…

Oui, c’est certain. Même si la déclaration de politique communale s’étale sur plusieurs législatures, Maxime Prévot a volontairement mis la barre très haut. Potentiellement, il peut donc décevoir énormément de monde. On l’a encore vu ces derniers temps, avec l’échec de Liège 2017. C’est une grosse prise de risque.

La déclaration s’appuie aussi sur des termes précis: stratégie, vision, méthode… Surprenant?

En effet, c’est un aspect qui m’avait interpellé. Ce discours ressemble finalement très peu à de la politique. Il énumère des “ grands projets structurants ”, il dit qu’il faut “communiquer Namur ”, il parle de success-story… En réalité, tout cela ressemble plus au rapport d’un bureau d’étude, ce que l’on peut appeler du city-branding. Soit, en d’autres mots, une opération de marketing visant à promouvoir Namur.

Doit-on y voir un lien avec ses précédentes activités, par exemple chez PWC (spécialisée dans les audits)?

Il y a deux scénarios. Soit il s’agit d’un rapport qu’on lui a soumis et qu’il a transposé dans son discours, soit il en est l’auteur de manière générale. Si tel est le cas, Maxime Prévot a clairement trouvé une symbiose avec ses précédentes activités professionnelles.

Si vous deviez qualifier ce discours en quelques mots, que diriez-vous?

“ Marketing ”, assurément. Mais aussi “hyper-ambitieux ”. Car ce qu’il veut accomplir pour Namur pourra aussi lui servir pour son ascension personnelle, en politique. Aujourd’hui, le passage par la case bourgmestre est presque un passage obligé.

“ C’est une prise de risque ”. D.R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s