Pourquoi ces influenceurs passent-ils sous le radar?

Entretien croisé paru dans l’Echo, le 17 novembre 2017. Quelques corrections nécessaires.

La venue de l’in­fluen­ceur « Var­gasss92 » té­moigne d’un phé­no­mène plus large, à sa­voir la dif­fi­culté de suivre pour tout un cha­cun les évo­lu­tions d’un monde nu­mé­rique en mu­ta­tion ultra ra­pide.

Var­gasss92, un iden­ti­fiant comme tant d’autres dans l’im­men­sité du web… et pour­tant, c’est bien ce compte mé­connu du grand pu­blic qui a amené aux émeutes de mer­credi, place de la Mon­naie à Bruxelles.

Sui­vie par 450.000 per­sonnes sur Snap­chat et 600.000 sur Ins­ta­gram, cette iden­tité nu­mé­rique cache un gars de 21 ans aux blagues foi­reuses et à l’or­tho­graphe dou­teuse, se fil­mant au gré des en­vies et des dé­pla­ce­ments. Si l’on peut évi­dem­ment cri­ti­quer l’in­té­rêt même des conte­nus que le jeune pro­duit, al­lant de blagues po­taches aux dé­lires entre potes en pu­blic, les faits sont là: la simple venue de l’in­fluen­ceur a at­tiré une cen­taine de fans dans le centre-ville, avant de dé­bou­cher sur les émeutes que l’on connaît.

L’heure est donc aux ques­tions. Com­ment pa­reil in­ci­dent a-t-il pu se pro­duire suite à la venue d’une et une seule per­sonne? Pour­quoi ce genre d’in­fluen­ceur passe-t-il sous le radar des au­to­ri­tés bien qu’il ait déjà amené à des dé­bor­de­ments si­mi­laires par le passé en France? Quelles so­lu­tions convien­drait-il d’ap­por­ter?

Dé­ca­lage gé­né­ra­tion­nel…

Si au­cune ré­ponse tran­chée n’existe vé­ri­ta­ble­ment à ces in­ter­ro­ga­tions, il res­sort tout de même de l’in­ci­dent que l’ac­ti­vité d’un in­ter­naute sur les ré­seaux so­ciaux (et le web) im­porte dé­sor­mais tout au­tant que celle de ses pairs dans la vie réelle.

Pour Fran­çois Hein­de­ry­ckx, di­rec­teur du dé­par­te­ment des sciences de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion de l’ULB,  » on s’est bercé d’illu­sions en se di­sant qu’il exis­te­rait une sorte de dis­con­ti­nuité, voire de schi­zo­phré­nie, entre vies réelle et vir­tuelle« . « Nous sommes sor­tis d’un sys­tème de vase clos » [NDLR : en réalité mon propos épinglait la coexistence de communautés en ligne – foules sentimentales numériques – fermées sur elles-même, produisant une grammaire communicationnelle en vase clos], abonde Ni­co­las Bay­gert, pro­fes­seur en sciences de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion (IHECS, ULB, CELSA et Sciences Po Paris), avant d’abor­der ce qui consti­tue, peut-être, le fond du pro­blème en de­hors des dé­bor­de­ments. Cela va de soi,  » notre gé­né­ra­tion est de­ve­nue anal­pha­bète en quelque sorte face à de tels phé­no­mènes« . Alors, pour le ci­toyen lambda, passe en­core, mais quid des au­to­ri­tés? Pour ce cher­cheur qui a long­temps tra­vaillé sur la ques­tion de la mo­bi­li­sa­tion (no­tam­ment en ligne) des élec­teurs des par­tis contes­ta­taires (Tea Party, Mou­ve­ment 5 Étoiles), il fau­drait peut-être que la po­lice ré­flé­chisse à avoir  » re­cours à desconsul­tants ex­ternes ou à des conseillers plus jeunes en in­terne pour sa po­li­tique de suivi des évé­ne­ments. Cela pour­rait consti­tuer un avan­tage consi­dé­rable« . Après tout,  » le nu­mé­rique fait au­jour­d’hui par­tie de la ges­tion de risque au sens large« .

… la po­lice tente d’y re­mé­dier

In­ter­rogé sur la ques­tion, Oli­vier Bo­gaert, com­mis­saire à la Com­pu­ter Crime Unit, in­dique que  » des pro­jets sont menés en ce sens à Bruxelles et sur l’ar­ron­dis­se­ment ju­di­ciaire de Mons-Tour­nai ». Par ailleurs, « un mo­ni­to­ring des ré­seaux so­ciaux est déjà ef­fec­tué par un ser­vice spé­ci­fique dans le cas de gros évé­ne­ments« , pré­cise San­dra Ey­schen, porte-pa­role à la po­lice fé­dé­rale.  » Nos équipes suivent l’évo­lu­tion de la si­tua­tion à l’aide de mots-clés en vue de trans­mettre les in­for­ma­tions col­lec­tées aux autres ser­vices« .

Quid, dès lors, de l’ »échec » de mer­credi? Dif­fi­cile d’être par­tout… Quel sera le pro­chain ré­seau so­cial en vogue? Qui sera la pro­chaine star des ados? Les boules de cris­tal n’existent pas. De plus, le cadre légal n’ai­de­rait pas au bon tra­vail des forces de l’ordre.  » Des lois doivent être adap­tées« , lance un fin connais­seur, no­tam­ment en ce qui concerne les dé­lais de conser­va­tion des don­nées per­son­nelles. En effet, en l’état, le temps im­parti pour une en­quête élec­tro­nique a été  » ex­trê­me­ment rac­courci » sur dé­ci­sion eu­ro­péenne, ce qui pose évi­dem­ment pro­blème dans le cas de dos­siers de har­cè­le­ment, d’agres­sion ver­bale, et autres phé­no­mènes du net pour les­quels une conti­nuité des actes dans le temps doit être éta­blie. Lenta lex, sed lex…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :