Après le 25 mai, quel remède à l’apathiecratie ?

Chronique pour le Vif / L’Express, parue en ligne le dimanche 20 avril 2014.

Certaines parties ayant été supprimées avant parution (faute de place) je publie ici la version originale.

Javaux_Michel_Wathelet

Jean-Michel Javaux (Ecolo), Charles Michel (MR) et Melchior Wathelet (cdH) – © Belga et Reporters

L’heure est au Di Rupisme en mode TINA (« There Is No Alternative »), à l’image d’une quadripartite francophone inféodée au montois providentiel : St Georges au papillon rouge, seul rempart contre le dragon jaune et noir terrorisant nos contrées. Cette clé de lecture fallacieuse neutralise tout débat de fond et valide, au passage, la théorie des « deux démocraties » si chère à Bart De Wever. L’apathie des « partenaires de gouvernement » se lit encore dans les slogans : une kyrielle de poncifs consensuels réchauffés.

À l’horizon pointent les signes d’une abstention grandissante – en dépit du vote obligatoire – et le succès de petites formations monothématiques. Dès lors, nous nous adonnerons ici à un exercice de prospective politique, post-25 mai.

Au cdH, les électeurs nostalgiques de l’ex-PSC, écœurés par la satellisation de leur formation lors des années Milquet ou ceux, restés circonspects face aux projets mégalo-urbanistiques de leur président (la fondation d’un Milquetville en campagne Louviéroise) se sont tus. De même, après les années Reynders, les fuites autour d’un accord PS-MR dès l’entame de la campagne, auront définitivement frustré l’électorat libéral, rêvant en vain, depuis 25 ans, d’un PS dans l’opposition.

Alors qu’à gauche, les adhérents des petits partis renforceront in fine les rangs socialistes (avec un PTB-go! peu enclin à entrer dans une majorité), rendant à nouveau le PS incontournable, une reconfiguration partisane s’avère nécessaire. Aussi, l’idée d’une fusion serait dans l’air.

Une idée moins saugrenue qu’il n’y paraît : il y a 4 ans, Melchior Wathelet (cdH), Jean-Michel Javaux (Ecolo) et Charles Michel (MR) évoquèrent déjà un attelage baptisé RHD, pour Renaissance humaniste durable. « Agacés, lassés par les atermoiements, les reculades et par l’immobilisme de la vie politique francophone, une série de responsables politiques songent sérieusement à créer une nouvelle force politique arc-boutée autour du centre droit », analysait alors la Libre Belgique. Un pôle solide qui pourrait à terme être rejoint par d’ex-FDF, sur base d’un « libéralisme social » partagé (ce concept « louismichelien » fut récemment repris par Olivier Maingain himself).

Fort d’un score inattendu, le PP renforcerait ses équipes avec l’arrivée de cadres « déçus du MR », contribuant à la professionnalisation du mouvement, muté en « droite forte », entre UMP copéiste, UDC suisse et PVV batave.

Autre alternative : Ecolo qui se déscotcherait enfin des « Convergences des gauches » – du nom de ce cocktail GHB équitable au goût pastèque servi par le PS en 2002 aux écologistes au café Belga, à Flagey. Libérés du carcan gauchiste, ils dépasseraient ainsi leur rôle d’écolabel cosmétique : « point vert » pour majorité OGM (Olivier Génétiquement Modifié) en devenant l’aiguillon décisif de futures majorités, à l’instar du rôle joué par les Verts allemands à l’échelon fédéré (les Länder) et qui fin 2013, comme potentiels partenaires de coalition, firent longtemps hésiter la Chancelière Merkel (stratégie de la mante religieuse oblige, celle-ci convola finalement en noces avec les sociaux-démocrates du SPD).

La Chancelière Merkel en discussion avec Jürgen Trittin et Renate Künast de Bündniss 90/Die Grünen. © picture alliance / dpa

La Chancelière Merkel en discussion avec Jürgen Trittin et Renate Künast de Bündniss 90/Die Grünen. © picture alliance / dpa

Le philosophe Peter Sloterdijk estime sur ce point qu’une alliance noire-verte (le noir étant la couleur historique des chrétiens-démocrates de la CDU), comme « synthèse hybride d’avant-gardisme technique et de modération éco-conservatrice »[1], conviendrait tout à fait à la nécessaire transition écologique vers une économie post-fossile.

À moins d’assister à l’éclosion d’individualités enthousiasmantes, de type managérial ou systémiquement subversives, tout rééquilibrage passe par la fusion ou l’émancipation des partis. Ou, pour feindre une offre politique plurielle, voire la possibilité réelle d’une alternance – base de toute démocratie – la particratie francophone devra quoi qu’il advienne, se réinventer.

 

[1]Peter Sloterdijk, Le Palais de cristal, À l’intérieur du capitalisme planétaire, Paris : Hachette, 2006, p. 331.

Publicités

Une réponse à “Après le 25 mai, quel remède à l’apathiecratie ?

  1. Un peuple qui ne forme plus de latino-hellénistes valables, est, en Occident, un peuple près de sa fin. Cette évidence n’est malheureusement pas perçue par ceux qui croient ou espèrent diriger, c’est dommage. Il n’y a donc plus que l’absurde pour enseigner…

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova (non soumise au décret inscriptions) – Humanités Gréco-Latines
    et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303755504579207862529717146
    http://www.rtbf.be/video/detail_jt-13h?id=1889832

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s