« Tout le monde n’est pas capable de jouer le jeu »

Entretien paru dans Le Soir, le 21 avril 2016. Propos recueillis par Maxime Biermé.

gifle-joeystarr-gilles-verdez-tpmp
Pourquoi une gifle dans un talk-show provoque-t-elle autant d’émoi ? 
On assiste à une véritable bataille de l’attention pour les contenus médiatiques liés à une obligation de performance. Ce qui marche, c’est l’« infotainment ». Il y a une forme de démagogie de la spontanéité qui se manifeste par exemple par le traitement people de la politique. Les médias fonctionnement principalement par la dramatisation. L’événement de mardi est un moment de télévision. C’est finalement tout bénéfice pour la chaîne car, par la suite, on a un traitement multimédia de la séquence.
La bataille pour l’attention est-elle récente ? 
Avant, c’était le règne du « hors-pistes ». Aujourd’hui, tout le monde est « hors pistes ». Même les émissions politiques intègrent des séquences humoristiques. A l’inverse, on voit aussi des personnes qui avaient un discours assez solennel participer à des émissions humoristiques. Ce phénomène de personnalisation et de dramatisation de l’info s’intègre dans le concept de « société du spectacle » qui a déjà été développé dans les années soixante. L’inverse, ce serait la différenciation des discours par l’expertise. Mais aujourd’hui, même les experts sont obligés d’être performants d’un point de vue médiagénique.
Quel est le danger ? 
L’homogénéisation et la standardisation. C’est une forme de darwinisme médiatique car c’est le traitement le plus performant qui va gagner. Plusieurs auteurs parlent de « malinfo » comme un équivalent de la malbouffe. L’info est devenue un bien de consommation dans lequel tout a pris la même valeur. Aujourd’hui, l’individu cherche à absorber les informations au plus vite et au plus simple. Il veut qu’elle soit rapide, pas chère et pas spécialement trop vérifiée, ce qui renforce encore la bataille pour l’attention.
Le besoin de transparence est pourtant plus présent que jamais dans les médias…
C’est plutôt le dévoilement qui est recherché. Il y a une exhibition permanente de la vérité. Il n’y a plus de frontières entre « hard news » et « soft news ». Le format du « Petit Journal » s’impose partout, même dans les JT. La surprise, le rire et le trash sont le traitement dominant.
Que symbolise le geste violent de JoeyStarr ? 
C’est un rappel à l’ordre. Tout le monde n’est pas capable de jouer le jeu et de rentrer dans cette perte totale de pudeur. C’est ce qu’on voit chez Hanouna. On va de plus en plus loin dans la confidence. Vu que ça n’a plus aucun caractère solennel et précieux, on part du principe que tout le monde doit le faire. Or, quand quelqu’un refuse, le réflexe presque moralisateur de la part des tenants du discours du dévoilement permanent est de le mettre hors du jeu. Vous êtes disqualifié car vous n’avez pas assez intégré les codes.
Est-ce comparable à la polémique autour de la participation de Joëlle Milquet dans « Au tableau » ? 
Son attitude avait aussi été considérée comme « non performante ». On lui a reproché de ne pas avoir joué le jeu de la médiatisation contemporaine. A partir du moment où tout se vaut, cette « hanounisation » du traitement médiatique fait qu’on risque de confondre Nabilla et Laurette Onkelinx. Les plus « bankables » seront privilégiés .
Comment contrer l’« hanounisation » du traitement médiatique ? 
D’un point de vue politique, certains ont toujours valorisé la rareté de la parole et la distance. Cela peut réellement donner une valeur ajoutée aujourd’hui. On peut parler de « slow-com » comme de la « slow-food » qui s’oppose à la malbouffe. Les personnalités qui égrainent leur parole de manière plus rare créent une aura autour d’elles. Mylène Farmer l’a par exemple compris depuis longtemps. A l’inverse, quand Elio Di Rupo participe à « Sans chichis » ou Didier Reynders à « Au tableau » pour amuser des enfants, on reste dans un cercle vicieux. Il faut se méfier du jeu de la standardisation, qui risque de décrédibiliser le discours.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s