Thaïs d’Escufon, Papacito… Ces identitaires qui mènent la bataille des idées sur les réseaux

Interview croisée dans l’Express (avec Jean-Yves Camus) parue le 19 novembre 2022. Propos recueillis par Alix L’hospital.

Un café en tête à tête, des tasses en forme de grenades explosives et des fusils de chasse en guise de décorations murales. Pour son nouveau format « Café cartouche », Baptiste Marchais, alias Bench&Cigars reçoit l’ex porte-parole de Génération identitaire Thaïs d’Escufon pour une séance de tirs au calibre 12. Le mélange des genres ne laisse visiblement pas insensible : 300 000 vues sur YouTube. Celle qui a créé sa chaîne YouTube il y a seulement cinq mois recense déjà 42 000 abonnés. Quant à son hôte, il approche des 230 000 après seulement un an d’activité. Le youtubeur a reçu la crème des influenceurs identitaires à sa table. Il y a eu Papacito le viriliste, Julien Rochedy le dandy identitaire, et puis le Raptor qui touche une cible plus jeune. L’occasion de partager un cigare, un dîner, ou un verre de whisky pour échanger sur leur ennemi commun : la modernité. 

Pour Nicolas Baygert, Docteur de l’Université Paris-Sorbonne en sciences de l’information et de la communication, l’humour joue un rôle clef dans la diffusion de ces idées, avec un emprunt à l’esprit « bête et méchant » d’Hara Kiri, entre irrévérence et cruauté. Selon lui, ces nouvelles figures d’extrême droite « revendiquent une rupture totale avec le politiquement correct » grâce à « l’art de la punchline ». Dans une interview au journal Valeurs actuelles en 2018, Papacito parlait lui-même de « faire un contre Canal + culturel. Qui soit aussi fun, mais porteur d’idées patriotes et plus réactionnaires ». Clivants, potaches, parfois même vulgaires, les traits d’humour fusent au sein de vidéos au montage léché. 

Les codes de la jeunesse

Pour diffuser leurs idées, les influenceurs identitaires se sont appropriés les codes mondialisés de YouTube, Instagram ou TikTok. Allant même jusqu’à détourner des éléments issus de la pop culture, à l’instar d’Estelle Redpill, dont le patronyme est emprunté à l’univers du film « Matrix ». Sur TikTok, le réseau social de la génération Z (génération née alors que le numérique était déjà bien installé dans la société), l’influenceuse identitaire multiplie les formats courts et très politisés depuis sa chambre. Elle aborde des sujets comme le féminisme, l’élégance ou l’insécurité. Celle qui envisage de fonder un parti politique s’est aussi rendue chez le théoricien du « Grand remplacement » Renaud Camus. Dans un autre registre, les contenus du Raptor sont marqués par le monde du jeu vidéo. Casque sur les oreilles et depuis son bureau, le vidéaste dispense sur YouTube ses analyses acerbes de l’ère du temps à son jeune public, comme récemment sur le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour. 

[Suite de l’interview sur le site de l’Express]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :